Cannot get Chambly, Qc location id in module mod_sp_weather. Please also make sure that you have inserted city name.

jeudi, 16 mai 2019 14:49

L’ancien directeur général de Chambly pourra reprendre son poste

Jean Lacroix peut de nouveau être le directeur général de la Ville de Chambly. Jean Lacroix peut de nouveau être le directeur général de la Ville de Chambly.

L’ancien directeur général de la Ville de Chambly, Jean Lacroix, dont le procès devant le Tribunal administratif du travail l’opposait à Chambly dans la contestation de son congédiement en 2013, vient de gagner sa cause.

Le tribunal annule son congédiement. La Ville devra réintégrer à son poste M. Lacroix d’ici le 22 mai. Dans sa décision rendue le 15 mai, la juge Irène Zaïkoff se base sur la Loi sur les Normes du Travail. Cette loi stipule qu’on ne peut remercier un employé si celui-ci a dénoncé:

«un acte répréhensible au sens de la Loi concernant la lutte à la corruption ou de sa participation à une enquête portant sur un tel acte ».

Enquête de la Commission Charbonneau

On se souviendra que le 19 novembre 2013, lors d’une assemblée extraordinaire du conseil municipal, la Ville avait congédié Jean Lacroix pour fautes lourdes, manque de loyauté et lien de confiance irrémédiablement rompu. Entre autres considérants de cette résolution, on pouvait lire : «Considérant que ledit employé, tel que stipulé dans la décision de la CSST, a choisi d’enquêter son employeur; considérant que ledit employé n’a jamais informé le conseil en aucun temps de ses démarches d’enquêtes personnelles cela en violation de l’article 144 L.C.V; considérant que ledit employé, en tant que haut fonctionnaire a outrepassé son devoir de réserve et considérant que le lien de confiance a irrémédiablement été rompu et que les multiples actions à répétition dudit employé ont démontré un manque de loyauté envers la Ville de Chambly, son maire et certains de ses dirigeants.»

Toujours en novembre 2013, Jean  Lacroix avait qualifié le contenu de la résolution de la Ville sur son congédiement de : « scénario insensé, monté de toutes pièces afin de tromper le public. On vise ici à cacher par des calomnies, les réelles motivations de l’administration de Denis Lavoie. Ce dernier désire à tout prix ternir ma réputation et prendre des mesures de représailles contre moi, puisque j’ai osé accomplir mon devoir et collaborer lors d’une intervention des enquêteurs de la commission Charbonneau ».

Importants frais juridiques

En 2017 et 2018 seulement, plus de 400 000$ avaient été dépensés par la Ville de Chambly dans sa défense dans le dossier de Jean Lacroix. Déjà, en décembre 2014, les élus avaient autorisé le paiement d’honoraires de 69 796,35 $ à la firme Cayer Ouellette et Associés pour services rendus dans ce dossier.

Autres démêlés

Suite à son départ de Chambly, Jean Lacroix a travaillé comme directeur général de la Ville de L’Assomption d’où il a également été remercié. Là aussi, il contestait son congédiement de 2015. Au début de l’année 2018, un juge avait rejeté la requête de l’ex-directeur général en raison d’une clause sur son contrat de travail qui prévoyait des indemnités que M. Lacroix avait bel et bien encaissées.