mercredi, 07 août 2019 10:14

Denis Lavoie récolte l’indemnité de départ sans rembourser les cartes de crédit

La Ville de Chambly ira de l’avant dans le recouvrement des sommes dues par Denis Lavoie malgré l'obligation de lui verser des indemnités de départ totalisant près de 110 000 dollars.

 

L’ancien maire démissionnaire devrait recevoir cette somme incessamment suite à une décision de la Commission municipale du Québec après qu’il en ait fait la demande.

 

Toutefois, un litige demeure entre la Ville et M. Lavoie concernant des dépenses de cartes de crédit et certains équipements électroniques non retournés à la municipalité totalisant plus de 5000$.

 

Lors de l’assemblée municipale du mois de mai dernier, le conseil de Ville avait approuvé une résolution afin d’envoyer une demande de remboursement de près de 2500 $ à Denis Lavoie concernant des factures manquantes des comptes de carte de crédit de la Ville.

 

Sans savoir si Denis Lavoie à l’intention de payer ces sommes, la Ville a bel et bien envoyé la demande de remboursement, qui est pour l’instant restée sans réponse.

 

En entrevue M. Lavoie s’était toujours défendu sur la légalité de ses dépenses de carte de crédit, en majorité des repas au restaurant, qu’il qualifiait de « rencontres de travail ».

 

« Nous essayons toujours d’aller chercher les sommes dues par M. Lavoie, mais nous ne pouvons pas pour l’instant savoir s’il a bel et bien l’intention de rembourser l’argent des citoyens. C’est le silence radio de ce côté-là », a expliqué le directeur général de la Ville, Jean Lacroix.

 

« Pas basées sur le mérite »

 

Les indemnités dont se prévaut l’ancien maire Lavoie ont fait sourciller plus d’un citoyen durant l’assemblée du conseil de Ville d’hier, qui évoquaient son dernier mandat tumultueux.

 

« Ce ne sont pas des indemnités basées sur le mérite, la Ville doit payer cette somme parce que c’est une disposition de la loi. Nous allons par contre tout faire pour aller chercher les autres sommes dues par M. Lavoie », a exprimé la conseillère Marie Lise Desrosiers lors de la séance du conseil du 6 août.

 

Même son de cloche du côté de la mairesse Alexandra Labbé, qui tenait à spécifier que le paiement des indemnités à M. Lavoie ne voulait pas dire que la Ville n’allait pas entreprendre les recours nécessaires pour recouvrer les sommes dues. 

Félix Lebel