mardi, 08 octobre 2019 11:01

Véronique Laprise en a assez des scandales et veut débattre

 

Les différents scandales qui marquent la campagne électorale fédérale jusqu’à maintenant irritent la candidate conservatrice Véronique Laprise, qui veut débattre à propos d'idées plutôt que des « distractions ».

 

Contrairement à bien des acteurs médiatiques et des politiciens au Canada, la candidate conservatrice accorde peu d’importance à l'épisode des blacks faces de Justin Trudeau ou à la position de son chef Andrew Sheer sur le droit à l’avortement.

 

Véronique Laprise se dit plutôt inquiète que les citoyens ne puissent entendre les chefs débattre du meilleur plan pour gérer le pays à l’issue du scrutin du 21 octobre prochain.

 

« Ce n’est pas en s’attardant sur ces détails qu’on peut se faire une idée sur quel parti va le mieux guider l’économie canadienne pour faire face aux prochains défis mondiaux ou résoudre les enjeux environnementaux. C’est de la distraction qui assombrit les débats », expliquait l’ancienne membre des forces armées canadiennes en entrevue au Chambly Matin.

 

Faire découvrir le plan conservateur n’est toutefois pas le seul défi auquel elle doit faire face. Étant sa première implication politique, Mme Laprise a la tâche supplémentaire de se faire connaître auprès des électeurs, dans cette circonscription détenue par le néo-démocrate Matthew Dubé depuis 8 ans.

 

Enrôlé en politique

 

C’est un autre candidat conservateur, avec qui elle pratique le Jiu-jitsu brésilien, qui l’a recruté dans la grande famille conservatrice. Une opportunité qu’elle a saisie au vol et qui l’a plongé rapidement dans l’arène politique.

 

« J’ai dû organiser ma campagne sans attendre. Le 1er septembre, je n’avais pas d’équipe et je ne connaissais personne dans l’association du parti conservateur de la région. J’ai dû aussi me mettre à jour rapidement sur le plan de campagne du parti. », a-t-elle ajouté en entrevue.

 

Au-delà de son arrivée récente, Mme Laprise se dit très heureuse de l’ouverture du parti conservateur à ses idées personnelles sur les enjeux de la circonscription. Parmi celles-ci, Mme Laprise voudrait défendre bec et ongle les citoyens d’Otterburn Park, qui sont mobilisés depuis plusieurs mois contre la construction d’une tour de télécommunication par la compagnie Telus.

 

« Le principe d’acceptabilité sociale n’a clairement pas été pris en compte dans l’aval de ce projet-là par la municipalité. Bien que Matthew Dubé ait tenté de bloquer le projet auprès de la ministre libérale, rien n’a été fait. Si la Cour qui entend la cause accepte le projet, ça pourrait créer un précédent que personne ne souhaite. », expliquait Mme Laprise.

 

Un autre enjeu qui préoccupe beaucoup la candidate est la qualité de l’eau de la rivière Richelieu. Mme Laprise aimerait que des études soient menées pour bien comprendre la source de cette pollution.

 

Elle y défend au passage les agriculteurs de la région, qui selon elle sont trop souvent pointés du doigt lorsqu’il est question de pollution de la rivière, alors que des milliers de déversements d’eau usée surviennent chaque année. Le parti conservateur a récemment annoncé son engagement de complètement empêcher ces déversements en modifiant notamment les infrastructures d’égouts.