Nuageux

5°C

Chambly, Qc

Nuageux
Humidité: 90%
Vent: NE à 17.70 km/h
vendredi, 17 août 2018 09:17

Agrandissement de l'école secondaire de Chambly : « Une décision irresponsable » selon Christian Picard

Le candidat du Parti Québécois de Chambly, Christian Picard reçoit avec déception et indignation le refus du ministère de l'éducation d'agrandir l'école secondaire de Chambly afin d'y intégrer une 4e et une 5e secondaire.

« Je dois avouer que je suis furieux face à l'irresponsabilité de cette décision. Les libéraux choisissent d'investir 1,3G$ dans la CSeries de Bombardier pour ensuite donner tout ça à une compagnie étrangère et pendant ce temps, nos jeunes vont continuer à faire deux heures de transport par jour pour aller à l'école à Saint-Bruno. C'est insensé.» s'indigne Christian Picard.
La Commission scolaire nous apprenait que 127 élèves de plus étaient attendus au secondaire pour la rentrée à Chambly et Carignan. D'après les données du ministère de l'éducation, la croissance démographique au secondaire se poursuivra sur une période de six années. Le candidat péquiste ajoute:« Nous avons la même école secondaire qu'en 2006. Alors que depuis ce temps, la population de Chambly a augmenté de 33%.»
Refus aussi d'agrandir l'école Primaire De Salaberry
Nous avons également appris le refus d'agrandir l'école primaire De Salaberry de Chambly.
M. Picard indique que le déficit d'entretien de l'école de Salaberry était récemment de 1 840 393 $ et qu'elle se méritait la pire côte possible soit un E. Christian Picard se demande: « Comment peut-on faire des économies sur le dos de nos enfants? Le gouvernement libéral a choisi de piger 670M$ dans le budget de l'éducation et de consacrer cette somme à une baisse de taxes scolaires. Pendant ce temps, la CAQ veut faire pire en privant nos écoles de 1,4 milliard de dollars.»
Pour M. Picard, cela met en évidence le manque de crédibilité de la CAQ. « La CAQ prétend valoriser l'éducation, mais s'engage à baisser drastiquement les revenus du réseau. Qui peut croire ça?», questionne-t-il. Il ajoute: « Les Québécois ne sont pas dupes. Des réinvestissements en éducation et des baisses de taxes scolaires en simultané, ça ne balance pas. »