mardi, 11 juin 2019 10:09

Encore aucune demande de remboursement des factures de crédit envoyée à Denis Lavoie

La Ville de Chambly n’a toujours pas envoyé la demande de remboursement de 2500 $ à l’ancien maire Denis Lavoie pour l’utilisation «inappropriée» des cartes de crédit municipales, malgré une résolution du conseil qui prévoyait un délai de 30 jours pour le faire.

 

Ce montant avait été établi par les tuteurs de la Commission municipale du Québec (CMQ) qui avaient jugé que les dépenses personnelles non accompagnées de pièces justificatives devaient être remboursées.

 

« Que le conseil municipal demande formellement à Monsieur Denis Lavoie de rembourser l’ensemble de dépenses personnelles effectuées avec des cartes de crédit appartenant à la Ville de Chambly, entre le mois de mai 2016 et le mois de février 2019, période pendant laquelle il occupait la fonction de maire, pour lesquelles, aucune pièce justificative n’a été produite, pour un montant total de 2 479.66 $, dans un délai de trente (30) jours suivant l’adoption de cette résolution. », pouvait-on lire dans le procès-verbal de la séance du conseil de Ville du 7 mai dernier.

 

La raison pour laquelle le conseil municipal n’avait toujours pas envoyé cette demande serait qu’il ne s’agissait pas d’une priorité pour le maire suppléant, Jean Roy. En prenant connaissance du délai expiré durant l’entrevue avec le journal, M. Roy s’est toutefois engagé à demander aux fonctionnaires municipaux d’envoyer la note à l’ancien maire Lavoie dans un délai raisonnable.

 

« Il n’y a pas péril en la demeure. Avec les élections, nous avons d’autres dossiers plus urgents. [...] Nous allons mandater les fonctionnaires pour qu’ils envoient la demande dans un délai raisonnable », avait confié le maire suppléant Jean Roy en entrevue au journal.

 

La présente résolution avait été adoptée après un vote durant lequel les conseillers Serge Gélinas et Jean Roy s’étaient opposés au remboursement des 2500$ établi par la CMQ.

 

La balance avait toutefois penché du côté de l’adoption avec le vote favorable des conseillers Luc Ricard, Richard Tetreault et Mario Lambert.

 

En désaccord avec le concept

 

Face à cette résolution, M. Roy n’a pas changé d’avis et n’est pas d’accord avec l’idée de demander un remboursement des dépenses non justifiées. Ce dernier croit qu’il faudrait plutôt miser sur la bonne foi de M. Lavoie dans son utilisation des cartes de crédit.

 

« Dans cette histoire-là, il y a beaucoup de choses qui sont basées sur la bonne foi parce que ces repas au restaurant étaient des réunions de travail sur des dossiers municipaux. Si régulièrement il y avait des justificatifs, mais qu’à certains moments la facture était pas là, on peut présumer qu’il y était pour les bonnes raisons. M. Lavoie a le droit à la présomption d'innocence », a ajouté M. Roy en entrevue.

 

Félix Lebel