mercredi, 02 octobre 2019 07:59

Les citoyens à la défense du parc nature

Les bénévoles du Mouvement citoyen pour la sauvegarde du dernier espace vert de Chambly souhaitent une analyse rigoureuse du potentiel écologique à long terme d’un éventuel parc nature sur le terrain de l’ancien golf de Chambly.

Plus qu’un simple parc, le regroupement de citoyens voudrait que des espaces de préservation d’habitats naturels soient intégrés au terrain pour en faire un parc écologique.

Ce type d’espace se distingue des parcs traditionnels, où sont d’habitude entremêlés différents terrains de sport, car il préconise plutôt la réduction au minimum des interventions humaines.

Le porte-parole de l’organisme, André Labarre, s’est adressé à l’administration municipale pour faire entendre ses préoccupations lors de la dernière séance du conseil.

« Un parc nature de la sorte aurait des avantages multiples pour les citoyens, il serait accessible pour la promenade, il aiderait à combattre les îlots de chaleurs en plus d’aider à absorber les eaux de pluie. Il s’agit d’une opportunité en or pour la Ville d’offrir un espace écologique aux générations futures. », expliquait M. Labarre.

La nouvelle administration municipale en a profité pour réitérer sa volonté d’en faire un espace vert. La façon d’y arriver et la forme que prendra cet éventuel espace n’ont pas encore été définies, mais la Ville travaille actuellement sur son nouveau plan d’urbanisme. Celui-ci pourrait redéfinir le zonage de l’ancien golf en tant que «parc et espace vert» auprès de la MRC.

« Nous allons publier l’échéancier du prochain plan d’urbanisme dans lequel un espace vert aura sa place. Dans les dernières années, la ville de Chambly a été assez densifiée de sorte que nous avons une certaine marge de manoeuvre aujourd’hui qui nous permet de nous offrir un projet comme ça », expliquait la mairesse Alexandra Labbé en entrevue.

Bien que la volonté de la mairie soit d’en faire un parc, la partie n’est pas gagnée d’avance et les coûts entourant l’achat du terrain ne sont pas pour l’instant définis.

Les différentes estimations de la valeur du terrain de 26 hectares sont pour l’instant imprécises, car le prix dépendrait du type de zonage qui sera privilégié dans le futur plan d’urbanisme.  

Félix Lebel