mardi, 20 août 2019 00:00

Déménagement de la mairie de Carignan 

La Municipalité de Carignan voudrait déménager sa mairie et devenir temporairement locataire dans un futur bâtiment du Faubourg Carignan, afin de répondre aux besoins de sa population en croissance.

Pour être viable, l’actuelle mairie de Carignan devrait subir d’importants travaux d’agrandissement et de mise à niveau du système d’égout.

Toutefois, les travaux évalués à 2,4 millions de dollars sont jugés trop grands par la Ville, alors que les besoins en ressources humaines ne sont pas encore tout à fait définis et pourraient changer selon l’importance de la croissance démographique de Carignan.

« On est à l’étroit. La mairie avait été bâtie à l’époque pour environ 14 personnes, mais aujourd’hui on a jusqu’à 30 employés administratifs qu'on a même dû installer dans les sous-sols. Si la croissance de la ville se déroule comme prévu, on pourrait avoir besoin facilement de 45 employés municipaux d'ici une dizaine d'année. », expliquait le maire de Carignan, Patrick Marques.

La Ville vient donc de signer un bail de 10 ans, pour des locaux à construire dans le projet commercial près de l'actuel IGA et du Rona de Carignan, dont le coût de loyer au terme de cette période devrait avoisiner les 1,5 million de dollars. Le développement de ce nouveau bâtiment du Faubourg devrait par contre générer 1,1 million de dollars en taxe municipale, un montant qui est pris en compte par M. Marques dans le calcul de cette décision.

« Dans le futur bâtiment du faubourg Carignan, on va être à l’étage sur une superficie d’environ 10 000 pieds carrés. Non seulement les bureaux seront plus accessibles pour les citoyens, mais le développement du projet va permettre la venue de plus de commerces et de services. C’est un véritable effet de levier. »

Une croissance, mais pas de dézonage

Si le développement a souvent rimé avec une perte du territoire agricole, le maire Marques est clair: il n’y aura pas de dézonage.

Ce dernier se dit très ferme dans sa volonté de densifier les secteurs de développement résidentiels sans toutefois diminuer les espaces verts de la Ville. « On se doit de densifier, on ne peut plus faire de développement comme il se faisait à l’époque où c’était de grands terrains qui n’étaient pas desservis par des infrastructures », expliquait M. Marques.

Cette année, Carignan a en effet enregistré la 3e plus forte croissance de population dans sa catégorie au Québec. La Municipalité estime qu’elle pourrait compter entre 12 000 et 18 000 citoyens d’ici une période de 5 à 10 ans.

Félix Lebel